Comment influencer un bien-aimé à manger cru

C’est drôle.

L’autre soir, j’étais chez ma mère en train de faire la vaisselle et je regardais tout autour de moi.

Dans sa cuisine hyper moderne, derrière moi, sur l’îlot (comptoir américain), se tenait son mastodonte d’extracteur de jus Green Star Galaxy et, à droite, sur sa petite étagère métallique nouvellement installée, faute d’espace sur le comptoir, se trouvaient son mélangeur (mixeur) Vitamix et son robot Cuisinart.

Il y a trois ou quatre ans de ça, ces appareils n’étaient que des fantômes. Et maintenant, à 63 ans, ils sont les pièces essentielles de sa vie. En plus, elle mange la plupart du temps cru pendant la majorité de la journée. Aujourd’hui, ma mère est une fervente croyante des jus verts et des smoothies, elle se fait une cure de détox au moins deux fois par an et, ce qui est encore plus étonnant d’après nos origines culturelles, elle a renoncé à la chair animale.

« Tu devrais arrêter de manger les animaux », « Ce que tu manges, c’est de la nourriture morte », « Tu devrais manger plus cru », ce sont toutes des choses que je lui répétais sans cesse. Au départ, mes paroles la dérangeaient. Rien de tout ça ne l’incitait à devenir végétalienne et, encore moins, à manger cru.

Mais après, les choses ont changé.

Peut-être que ce que je lui disais l’a influencée. Peut-être que j’ai de la chance d’avoir une mère qui me suit dans la plupart de mes folies. Peut-être qu’il y quelque chose de plus puissant qui l’a poussée à manger cru.

Quel qu’il en soit, j’ai appris beaucoup de choses et, en rétrospective, je crois que je ne me suis pas prise de la bonne façon. Malgré l’absence de grands conflits avec elle, si je pouvais tout recommencer, voici les choses que je me dirais :

FAIS EXACTEMENT LE CONTRAIRE

NE SERMONNE PERSONNE

Depuis notre enfance, on reçoit d’innombrables conseils non sollicités.

« Tu devrais faire ci ou ça parce que ce serait mieux pour toi. » Mais quand quelqu’un nous dit quelque chose qu’il croit être bon pour nous, on a tendance à se sentir en colère, à la défensive, blessé, insulté, offensé, déprimé, rabaissé… On se sent saoulé, contrôlé, rancunier, attaqué, mal à l’aise… On balaie son conseil d’un revers de la main.

Je pense que c’est exactement comment nos amis ou notre famille se sentent quand on les sermonne en leur donnant des conseils. Moi, plus jeune, je me rebellais.

On veut le meilleur pour nos proches, mais nos critiques risquent fort d’être mal reçues.

CHOISIS TES MOTS INTELLIGEMMENT ET SURVEILLE TON LANGAGE

Même si l’on ne sermonne personne, il peut y avoir quelque chose d’autre qui irrite notre entourage.

Dans ce cas, il faut essayer d’observer ce que l’on fait ou dit et comment on agit.

Est-ce qu’on dit des choses déplaisantes ? A-t-on un visage moqueur ? A-t-on l’air dégoûté ? Ces comportements peuvent refroidir les autres. Peut-être qu’on devrait changer notre comportement en surveillant notre langage verbal et gestuel, et peut-être que les réactions seront différentes.

FAIS TES PROPRES TRUCS SEULE

Ça, c’est une de mes forces. J’oublie parfois les gens autour de moi, car je suis souvent dans mon propre monde.

Souvent au travail, il m’arrivait d’apporter mon smoothie vert. Je m’asseyais tranquillement à mon bureau et je le buvais tranquillement. Puis, un jour, à force de me voir faire, mes collègues se sont intéressés aux mixtures que je buvais. Je leur en ai offert un peu, et ils ont adoré. Par la suite, ils me demandaient des recettes pour en faire eux-mêmes.

Si l’on veut devenir crudivore, je crois qu’il faut essayer de le garder pour soi-même et de continuer de faire ce qu’on a l’habitude de faire pour les autres, même si ça demande de cuisiner leurs plats favoris (je sais, ça craint) ! Au début, ce sera un peu pénible, mais à la fin, peut-être que notre entourage s’intéressera à nous et à nos nouvelles habitudes.

[note]Reste dans ton propre monde, et le monde rentrera dans le tien. (Cliquer pour tweeter)[/note]

NE POUSSE PERSONNE À MANGER CRU

Regardons autour de nous.

On essaie impatiemment de faire mûrir les choses avant leur temps, comme les plantes, par exemple. Tout ça, pour notre propre satisfaction. Et ça nous a causé plus de catastrophes que de bienfaits. Alors, pourquoi faire de même avec un proche ?

Quand on pousse quelqu’un à faire quelque chose, c’est qu’on le force à changer avant qu’il ne soit prêt. Et si l’on force les choses, c’est qu’on n’accepte pas les choses telles qu’elles se présentent à nous. Tous comme les plantes, c’est important de laisser les choses aller et de les laisser grandir naturellement.

Nous ne devons pas chercher à contrôler quelqu’un. Il faut que la personne veuille changer par elle-même.

Quand les gens ne sentent pas de pression à changer leur alimentation, quand ils se sentent en sécurité et non jugés sur leur façon de manger, il arrive souvent que, soudainement, ils veuillent l’améliorer.

ACCEPTE TON INTERLOCUTEUR TEL QU’IL EST

Ce que l’on projette, on le reçoit aussi.

C’est contradictoire de vouloir que quelqu’un accepte notre façon de vivre sans soi-même être capable d’accepter la sienne. Ceci peut entraîner de la frustration. Pour éliminer toute frustration, il suffit de laisser les choses être et de n’être que l’observateur de ce qui se passe. Ainsi, on ne juge et on ne blesse personne. On apprend à vivre en paix avec les autres autour de nous.

Et si l’on est capable de lutter contre notre besoin narcissique de percevoir l’autre au travers de nos propres désirs ou de nos craintes, premièrement des miracles peuvent se produire et deuxièmement, on connaît l’amour… l’amour inconditionnel !

N’ATTENDS RIEN DE PERSONNE

Lorsqu’on a des attentes envers les autres, on se permet encore une fois d’avoir des frustrations : on se plaint, on blâme les autres et on s’énerve.

Avoir des attentes veut dire qu’on a une idée prédéterminée de ce qu’on pense qui devrait arriver et on se base là-dessus. Puis, on finit par ressentir des émotions négatives suite à sa non-réalisation. Qui plus est, pourquoi se met-on à penser à un moment inexistant situé dans le futur ?

C’est mieux de profiter du moment présent au lieu de contrôler un moment qui n’est pas et c’est mieux d’être excité que quelque chose d’imprévu se passe. En faisant cela, on devient curieux et ouvert à des situations potentielles.

Tout est possible sans attente.

PRENDS TON PIED

Pourquoi se faire tant de mal au nom de l’amour ? Nos désirs, nos idéaux, nos soucis… ces sentiments, hélas, nous empêchent d’être heureux. Notre expérience nous appartient, et c’est à nous de la vivre pleinement avant toute préoccupation pour autrui.

[note]Apprécie chaque instant, chaque geste, chaque échange et savoure-les. (Cliquer pour tweeter)[/note]

Le mot « savourer » est le mot-clé. Cela implique de prendre le temps de jouir de chaque évènement. Notre enthousiasme irradiera et finira par devenir contagieux.

JE N’AI AUCUNE AUTORITÉ SUR LES AUTRES

Pour influencer quelqu’un, il faut savoir qu’on ne peut rien imposer aux autres. On peut seulement servir de modèle. En bref, je me dirais de lâcher prise, de faire preuve d’humilité et de respect envers les autres. Le changement commence par soi en premier.

Je ne peux que transformer moi-même.

Concentrons-nous sur nous-mêmes. C’est déjà assez difficile de s’améliorer, alors pourquoi s’ajouter une autre tâche qui demeure la responsabilité ultime de chaque individu ?

Un homme peut bien mener son cheval à l’abreuvoir, mais il ne peut pas le forcer à boire.

— John Heywood

De toute façon, les êtres humains possèdent une nature curieuse et peuvent être facilement inspirés. En d’autres termes, la plus grande façon dont on peut aider les autres, c’est de faire grandir leur curiosité.

Et toi, comment tu t’y prendrais ?

[info] Est-ce que cet article t’a plu ? Si oui, aide-moi à poursuivre ma mission en partageant mon site à des amis. Et si tu n’es pas inscrit(e) à ma liste de diffusion, joins-toi (ci-dessous) à la famille de lecteurs éclairés. Ne fais pas partie de ceux qui « croient » manger santé. [/info]

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !

  • naty

    Tu as entièrement raison :) rien ne sert de forcer, à chacun son chemin :) Cette phrase m’interpelle particulièrement :) « C’est contradictoire de vouloir que quelqu’un accepte notre façon de vivre sans soi-même être capable d’accepter la sienne. » je le sais…. et j’avais aussi tendance à dire « tu devrais » je vais faire attention la prochaine fois :) merci Naiby <3

    • Glamnola

      Il n’y a pas de quoi. Je suis tellement coupable des « Tu devrais », même encore aujourd’hui!

  • Jean-Claude

    Bonjour,
    Moi aussi j’ai voulu partager avec mon entourage ce que j’avais découvert dans l’alimentation vivante; et comme toi j’ai compris que, tant que la personne en face n’est pas prête, il vaut mieux se faire tout petit…Tes paroles sont remplies de sagesse! C’est un plaisir d’échanger avec toi!

    • Glamnola

      Merci! « Se faire tout petit », ça résume bien l’article.

  • helenenuage

    haïku du jour : » peau touchée, coeur évadé, la brume tremble l’ absence »……….