COMMENT NE PAS METTRE SON RÉGIME EN PÉRIL EN VOYAGE ET S’EN SORTIR

Vue de Gibilmanna, Sicile

Vue de Gibilmanna, Sicile – photo par  Naïby Jacques

Est-ce que je peux te partager un de mes pires moments?

Auparavant, il m’arrivait de partir à l’extérieur de la ville ou très loin à l’étranger dans l’espoir de passer un séjour agréable, tout excitée à l’idée de découvrir les lieux de ma destination, de vivre une expérience inoubliable, de revenir toute fraîche.

Je partais dans l’espoir que je me débrouillerais pour continuer à manger cru, simplement en m’achetant des fruits et des légumes dans les environs.

Mais quand j’arrivais à destination, la réalité me frappait au visage comme une gifle. Je voyais cette réalité à travers une vitre fracassée. Une réalité, désormais devenue une mission presque impossible, désormais devenue une lubie.

Car une fois après avoir examiné les environs, je me rendais compte qu’il n’y avait pas d’épiceries santé à proximité, pas de restos crus non plus, pas même un misérable comptoir de smoothies ou de jus fraîchement pressé.

Et le pire dans tout ça?

Je n’avais ni outils pour cuisiner ni ingrédients clés pour me soutenir durant mon séjour.

Des sentiments de frustration, d’impuissance et de déception m’envahissaient. Ces sentiments m’envahissaient parce que je me sentais incapable de maintenir mon régime, comme il faut.

Mais manger cru à l’étranger n’est pas impossible.

À force de voyager et d’avoir eu toute la misère du monde à maintenir mon régime dans des conditions déplorables loin de chez moi, j’ai été capable de déterminer les articles qui valent la peine d’être apportés afin de rester sur les rails n’importe où.

LE SECRET SURPRIS POUR MANGER CRU EN SÉJOUR (MÊME SUR L’ÎLE MOUKMOUK OU À PÈRPETE)

Pour manger cru en séjour, il faut faire quelque chose de spécial, quelque chose d’inouï, quelque chose de fou.

Apporter sa trousse de secours culinaire.

La trousse de secours culinaire est ma définition d’un sac où on retrouve des outils et des aliments de base permettant de préparer des plats simples, à défaut d’articles de base ou de bonne qualité.

C’est très commode. Je t’explique pourquoi.

À chaque fois que je me rendais dans une chambre d’hôtel, dans un appart-hôtel doté d’une cuisinette ou même chez quelqu’un en tant qu’invitée, je parvenais à maintenir mon alimentation comme je le voulais, enthousiaste.

Oui, c’est sûr, j’aurais pu me contenter de manger des fruits et des légumes entiers, comme si j’étais laissée à moi-même dans une jungle urbaine ou campagnarde, tel un animal sauvage dans la nature.

Mais il y avait un problème.

Je n’étais pas dans la nature, pas dans un paradis idyllique où l’on peut cueillir des fruits et des légumes librement et aisément. Et honnêtement, j’ai quand même un sens du plaisir lorsque je mange des plats préparés avec soin. Pas toi? En plus, quand j’avais la possibilité d’utiliser les outils de cuisine des autres, ils n’étaient jamais aussi bons que les miens. C’est qu’en tant que chef spécialisée dans l’alimentation vivante, j’ai dû me procurer d’excellents outils, outils auxquels je me suis attachée.

Alors, tranquillement, j’ai commencé à emmener les miens et quelques aliments facilement transportables, histoire de ne manquer de rien.

Je vais lister ce qui se trouve dans la mienne, par ordre d’importance.

9 ARTICLES MAGIQUES QUI TE GARDERONT SUR LA BONNE VOIE N’IMPORTE OÙ

LES OUTILS DE CUISINE

1. Le couteau de chef. Il n’y a rien de mieux que d’avoir son couteau de chef personnel, d’excellente qualité et bien affûté. Sérieux! Dès que j’arrivais quelque part, j’étais toujours embêtée.

J’étais embêtée d’avoir à ma disposition des couteaux qui n’étaient pas aussi tranchants que le mien. Comme on passe son temps à couper des fruits et des légumes, parfois plutôt durs, à longueur de journée, le couteau de chef me permet de créer différentes coupes : en julienne, en dés, en brunoise…

Un couteau à légumes fera aussi l’affaire. Il est bon de protéger son couteau dans un étui, au risque d’avoir des vêtements en lambeaux dans sa valise!

2. L’éplucheur (taille-légume). Ok, je sais qu’il y en a chez les gens, dans les hôtels ou endroits dotés d’une cuisine, mais je les ai toujours trouvés de très basse qualité, du style, la sorte très nulle en métal qu’on achète dans les magasins de 1 $. Ils n’épluchent JAMAIS bien les fruits et les légumes.

Les lames sont tellement de piètre qualité qu’on pourrait passer des heures à bien éplucher une carotte. Et si l’on veut faire des « nouilles » en forme de linguine avec des carottes ou des courgettes, laisse tomber!

Car c’est ce qu’on peut faire avec un bon éplucheur pour manger de la variété et avoir des plats plus extravagants.

3. Le mini mixeur. On peut créer des textures en purée avec un mini-mixeur. J’apporte toujours le mien de la marque Tribest Personal Blender. Il m’a coûté environ 110 $ et vient avec deux bocaux en plastique munis de couvercles et de deux lames, une pour mixer et l’autre pour broyer (des graines et des noix, par exemple). Il me permet de faire mes smoothies ou mes laits de noix (avec pulpe). C’est clair, il ne donne pas les mêmes résultats que les mixeurs à haute puissance comme le Vitamix ou le Blendtec, mais il est très pratique.

Fais gaffe à une chose, par contre. Si tu tiens à ce mignon appareil, apporte un transformateur pour pouvoir le brancher à l’étranger et ne pas griller le moteur. Ça m’est déjà arrivé une fois avec mon mini-robot ménager. :(

4. Le presse-ail. Pour avoir toutes les saveurs de l’ail frais et ne pas passer une éternité à hacher l’ail, le presse-ail est un outil fort pratique. Évidemment, on en veut un bon. Les mauvais presse-ail écrasent plutôt la gousse et ne font sortir qu’une petite quantité d’ail. Il n’y a pas de plus désagréable que ça! Le mien fait l’affaire, il n’est pas trop cher non plus.

J’utilise celui d’Ikea et franchement, je le trouve pas mal. L’idéal, c’est d’en avoir un dans lequel l’ail ne reste pas coincé à l’intérieur, donc il doit avoir une bonne grille. Il doit aussi avoir une bonne poignée, être léger et être facile à nettoyer. Il faut en essayer plusieurs, mais une fois qu’on a le bon, on est comblé!

5. La petite planche à découper pliable. Autrement dit, c’est un tapis pliable de découpe fait en plastique. Ce n’est pas un outil indispensable, mais il est pratique quand on n’en a pas à notre disposition, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il est si mince et si flexible qu’on peut l’enrouler facilement et le mettre dans ses valises sans qu’il prenne trop de place.

6. Le presse-agrume toupie. Le presse-agrume ou presse-citron n’est également pas un outil indispensable, car on peut facilement utiliser une fourchette pour bien presser le jus d’un citron, mais il est génial pour une chose : faire du jus d’orange ou de pamplemousse frais. J’en ai un bon et je ne peux pas m’en passer.

Je préfère la toupie ou le presse-agrume en cône, car il est facilement transportable, il est léger et il est non cassable. Le mien est en plastique avec une bonne poignée, mais ceux en bois sont très bien aussi.

LES ALIMENTS

7. Des épices et assaisonnements. As-tu déjà acheté toutes tes épices à la fois? Des herbes de Provence, du sel de l’Himalaya, du cumin, du poivre de Cayenne… Tout ça peut coûter très cher. C’est clair, je n’apporte pas tout mon arsenal, mais si je veux que mes repas soient aussi délicieux qu’à la maison, j’apporte mes épices favorites. Car je n’ai pas nécessairement envie d’en racheter d’autres. Placées dans leurs sachets, ils sont très légers et faciles à transporter. Sinon, on peut les mettre dans des contenants étanches à épices.

8. La spiruline. J’apporte de la spiruline simplement parce que c’est un superaliment. Imagine la puissance de trois bottes de chou frisé dans une cuillère à soupe. C’est fou! Ça me donne tous les nutriments qu’il me faut (chlorophylle, minéraux, protéines) dans une toute petite quantité, ce qui explique son parfum nauséabond. Parfois, dans les hôtels, j’ai la chance de trouver des salades de fruits ou des fruits entiers seulement. Alors, je les mets dans mon mini-mixeur et je me prépare un supersmoothie!

9. Les graines riches en oméga-3. Je préfère emmener un ou deux petits sacs de 300 g ou moins de graines de chia, de chanvre ou de lin pour deux raisons : je ne sais pas toujours ce que je vais retrouver une fois arrivée à destination et chez moi, je les achète à bon marché (par exemple, les graines de chia coûtent très chères ailleurs qu’en Amérique du Nord). De cette façon, je suis sûre de pouvoir me préparer des petits déjeuners plus consistants, comme mon fameux pudding de chia, ou des smoothies plus riches en protéines.

ES-TU MAINTENANT PRÊTE À MANGER CRU LOIN DE CHEZ TOI?

Quand on n’est pas chez soi, c’est difficile de ne pas compromettre son régime. C’est difficile de surmonter des obstacles qui nous limitent de créer les plats recherchés.

Certes, tu pourrais te contenter de ce que tu as et tu pourrais peut-être t’en sortir.

Mais pour manger cru à l’étranger avec facilité, le manque d’articles entrave ton succès.

Tu as besoins d’avoir à ta disposition un minimum d’outils pour que tu sois invincible (ou presque) quelle que soit la situation, pour que tu crées ton petit paradis gastronomique.

Il faut que tu sois à l’aise, il faut que tu sois satisfaite.

La solution?

La trousse de secours culinaire.

Et je t’assure, ce n’est pas un caprice.

Ce n’est pas de la folie.

C’est un bien sécurisant.

Même dans les coins les plus reculés, même dans un trou perdu, cette liste te fournit les articles de base pendant que tu demeures ailleurs, mais libre à toi de composer la tienne en fonction de tes besoins, de tes situations et de tes contraintes.

Alors, la prochaine fois que tu effectueras un court ou un long séjour, rassemble tes articles de cuisine et bon voyage.

Tu verras que la vie ailleurs ne cessera pas d’être aussi délicieuse que chez toi.

_________________________________________________________________________________

Sur une note plus perso, je te partage quelques photos de mon voyage en Sicile :

Marché dans les rue de Palerme, Sicile

Marché dans les rue de Palerme, Sicile

Architecture et paysage de la Sicile

Architecture et paysage de la Sicile

Moi à Noto, Sicile

 

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !

  • Annie

    Très bonne idée cette trousse de secours culinaire, merci! Et les photos sont magnifiques. Elles donnent le goût d’aller faire un petit détour par la Sicile la prochaine fois que je traverse l’Atlantique!

  • Marc Hyndman

    Très joli montage de photos mademoiselle! Bravo

  • Marie-Pier

    Merci! Très utilise pour le camping ou les weekends en dehors de la ville!