Comment reprendre du muscle sur un régime crudivore (partie 2)

Remarque : Cet article fait suite à l’article précédent dans lequel j’ai évoqué l’insuffisance de calories comme étant l’une des principales raisons de la perte importante de masse musculaire. Comme c’est quelque chose de courant parmi beaucoup de crudivores, j’ai voulu développer davantage ce problème.

LA DURE VÉRITÉ SUR LES CALORIES

As-tu déjà entendu dans le milieu de l’alimentation vivante que les calories étaient sans importance ?

Plusieurs te diront que toute cette histoire de calories n’est qu’une théorie basée sur des standards inappropriés.

Car tant et aussi longtemps que tu augmentes ta densité nutritionnelle, c.-à-d. l’apport en nutriments, elles ne comptent pas (et tu n’as pas besoin de les compter, non plus).

Ceci est partiellement vrai.

Dans le cas où tu veux perdre du poids, c’est complètement inutile de compter tes calories, car si tu consommes des aliments riches en eau et en nutriments et si tu élimines la consommation d’aliments transformés, tu perdras inévitablement du poids. D’ailleurs, la perte de poids est souvent l’un des bénéfices les plus vantés pour adopter une alimentation vivante.

Mais lorsqu’elle devient démesurée au point où tu perds de la masse musculaire ou au point où tu as un poids en dessous de l’indice de masse corporelle santé, là, il faut y prêter plus attention.

J’ai remarqué que beaucoup qui ne le font pas ou qui réfutent, ce qu’ils appellent, la « théorie des calories » sont — pardonne-moi de dire ça — amaigris.

Quand tu remarques ça, c’est normal de ne pas savoir quoi en faire de cette histoire. Tu n’as pas toujours les ressources nécessaires pour faire le clair dans tout ça.

Les calories sont-elles importantes ou pas ?

Je vais t’aider à démystifier tout ça.

LES CALORIES SONT IMPORTANTES

Tout le monde connaît le mot « calorie », mais il reste un mystère pour la plupart des gens.

Par définition, la calorie est une mesure d’énergie de chaleur, à savoir la quantité de chaleur nécessaire pour élever 1 g d’eau de 1 degré Celsius. (Les calories des aliments sont, en fait, mesurées en kilocalories, c.-à-d. 1000 calories.) Bref, le mot à retenir ici est « énergie ».

Ce sont les macronutriments, tels que les protéines, les glucides et les lipides (les graisses) qui fournissent les calories, c.-à-d. l’énergie. Ceux-ci, avec l’eau et les fibres, constituent 98 % de ton alimentation.

Le métabolisme fait référence au processus par lequel l’organisme convertit les calories de la nourriture en énergie utilisable. Et ton organisme a besoin d’énergie — même pendant que tu es au repos — pour la respiration, la circulation sanguine, la réparation des cellules et toutes les autres fonctions corporelles.

L’énergie dont ton organisme a besoin pour rester en santé et en vie est intimement liée aux nombres de calories consommées.

Donc, il est important de consommer assez de nourriture pour t’assurer que ton organisme a assez d’énergie pour se développer et bien fonctionner. Ton métabolisme et le nombre de calories nécessaires chaque jour sont influencés par ton âge, ton sexe et tes activités physiques routinières.

Les besoins typiques sont entre 1 800 à 2 000 calories pour une femme sédentaire ou modérément active et entre 2 400 à 2 600 calories pour un homme modérément actif. Le standard utilisé sur les étiquettes nutritionnelles est de 2 000 calories par jour.

(Pour avoir une estimation de tes besoins caloriques minimum, utilise des calculateurs de calories en ligne ou des applications sur téléphones intelligents comme Cronometer.)

Pour garder ton poids stable, tu devras équilibrer le nombre de calories que tu consommes avec le nombre de calories que tu brûles à travers ton métabolisme habituel et tes activités physiques. Si tu brûles plus de calories que tu en consommes, tu créeras un déficit en calories et, donc, tu perdras du poids.

Et si tu crées un déficit en calories grave, tu peux dire au revoir à ta masse musculaire.

Grâce à tous ces faits élémentaires concernant la biochimie nutritionnelle, certains ne reconnaissent toujours pas que les calories sont une mesure d’énergie.

Cela nous laisse nous demander quels sont les arguments qui réfutent tant ce consensus, d’où ils viennent et s’ils sont valables.

LA CRITIQUE DES CALORIES ÉMANE D’ARGUMENTS FALLACIEUX ET DISCUTABLES

Cette critique commune des calories qu’ont les crudivores remonte au moins jusqu’à Herbert Shelton, le principal fondateur du mouvement d’hygiène naturelle (et elle remonte peut-être même à plus tôt, jusqu’à Arnold Ehret, qui a promu ce qui serait connu comme le régime frugivore).

SHELTON_PORTRAIT

En effet, dans le 5e chapitre de sa publication intitulée The Science and Fine Art of Food and Nutrition, on voit Shelton balayer de la main l’importance des calories selon les arguments suivants :

  • Les besoins caloriques sont basés sur ce que les gens mangent aujourd’hui (c.-à-d. le régime standard) et non, sur ce que les gens devraient manger (c.-à-d. le régime crudivore). De plus, étant donné que les gens mangent déjà trop, ce standard a été établi de sorte à ce qu’ils conservent cette tendance.
  • Valoriser les aliments en calories aboutit en soi à un système de « boîte à feu diététique » dans lequel les aliments raffinés riches en calories sont considérés comme ayant une plus grande valeur que les aliments entiers naturels d’origine végétale — aliments faibles en calories —, comme les légumes et les fruits. Les êtres humains ne peuvent pas vivre exclusivement sur un régime d’aliments raffinés ; les fruits et légumes sont aussi nécessaires dans l’alimentation.

  • Les calories sont le facteur nutritionnel le moins important et elles ne sont qu’une mesure partielle. Elles ignorent les cendres, pouvant être acidifiantes ou alcalinisantes et comprenant le contenu minéral et vitaminique. Une alimentation exclusive d’aliments raffinés (riches en calories) est très acidifiante et fatale. Au contraire, les végétaux entiers et non raffinés — aliments faibles en calories — soutiennent la vie.

  • Les besoins caloriques dépendent de la force digestive (le pouvoir d’absorption et d’assimilation) de chaque personne.

  • Les besoins caloriques varient extrêmement selon le sexe, le climat, la profession, l’âge, la taille, le tempérament, etc., donc ils sont douteux.

  • Manger uniquement en fonction des calories ne peut qu’entraîner des problèmes.

Beaucoup des arguments de Shelton, selon lesquels les calories sont une mesure invalide,  frisent la démagogie pure et simple. Shelton a raison de dire qu’on ne peut pas uniquement se baser sur les calories pour vivre et qu’on a besoin de micro-nutriments (minéraux, vitamines, acides aminés, acides gras, etc.).

Mais on ne peut pas uniquement vivre de ces derniers non plus. C’est vrai que les micro-nutriments, représentant 2 % de l’alimentation, sont indispensables, mais ils ne fournissent aucune énergie pour faire les activités physiques et les tâches quotidiennes. Les standards en calories sont basés sur la réalité.

De plus, si les besoins caloriques varient selon la personne, les micro-nutriments le font aussi. Alors, les besoins en ceux-ci sont-ils également douteux ? Enfin, c’est clair qu’il n’est pas recommandé de manger seulement en se fiant à des calories.

De toute façon, toute nutritionniste qui se respecte suggère aux gens de manger une variété d’aliments pour avoir un apport suffisant en minéraux, en vitamines, en acides aminés, en acides gras, en protéines ET en calories. Aucune nutritionniste ne suggère de consommer seulement des aliments hautement raffinés, comme des gâteaux, des beignes (doughnuts), des croissants, etc., et de compter les calories de ces produits.

ON ABSORBE MOINS LES CALORIES D’ALIMENTS CRUS QUE CELLES D’ALIMENTS CUITS

Comment se fait-il que certains crudivores populaires, comme Freelee The Banana Girl ou Duriander, arrivent à consommer plus de calories que la normale pour une femme et un homme de leur âge, de leur poids et de leur niveau d’activités, et à paraître si minces ?

Screen Shot 2015-10-29 at 11.56.43 AM

Il semble que ce qui fait la plus grande différence dans l’absorption des calories est si l’aliment est cru ou cuit.

Pour illustrer ce point, en février 2011, des chercheurs du Case Western Reserve University, aux États-Unis, ont donné un régime de verdure (crue) à des gorilles tenus en captivité dans les zoos pour contrer les maladies du cœur, si répandues.

Ils ont constaté que, bien que ces animaux aient DOUBLÉ leur apport en calories, ils avaient  perdu considérablement de poids.

gorilla-218832

Et que dire de la nutritionniste Corinna Koebnick qui a mené trois études en Allemagne, en 2001, en 2005 et en 2008, sous le nom du Giessen Study, sur les régimes de 513 crudivores ? Les participants de l’étude ont consommé entre 70 et 100 % d’aliments crus, et elle a constaté quelque chose de révélateur.

Plus ces gens mangeaient d’aliments crus, plus leur indice de masse corporelle (IMC) était faible.

En particulier, il semblerait qu’on absorbe moins de calories des protéines cuites en raison du coût élevé de digestion et encore moins des protéines d’aliments crus. Par ailleurs, d’autres études ont démontré que la digestibilité des protéines de certains aliments est plus faible lorsqu’ils sont crus plutôt que cuits.

Ces constatations soulèvent les questions suivantes :

Est-ce que tu absorberais moins les calories des protéines d’aliments crus ou leurs protéines mêmes parce que tu ne manges pas assez ou bien, parce que tu ne les absorbes pas assez ? Aussi, certains crudivores ou le régime 80-10-10 prônent une consommation de calories provenant de protéines à pas plus de 10 %. Mais ce pourcentage serait-il trop faible ?

En quoi ça dérange ?

UN INDICE DE POIDS CORPOREL FAIBLE ENTRAÎNENT DE GRAVES PROBLÈMES

Si perdre du poids pour plusieurs est une bénédiction, perdre trop de poids ou de masse musculaire peut occasionner des problèmes, tels que :

  • Une réduction en graisse corporelle trop grave ;

  • Un changement dans l’équilibre hormonal du corps ;

  • L’aménorrhée et des problèmes de reproduction chez les femmes en âge de procréer ;

  • Une carence en protéines, en minéraux et en vitamines ;

  • Une perte de masse osseuse ;

  • Un risque élevé de fatigue, de blessures et de maladies.

Dans l’étude Giessen, la perte moyenne de poids de ceux qui avaient mangé cru pendant environ 3,7 ans était de 10 kilos (22 livres) chez les hommes et de 12 kilos (26 livres) chez les femmes. Pour la plupart des participants, bien que leur IMC se soit retrouvé à l’intérieur des limites normales, une femme sur quatre et 15 % des hommes étaient en dehors des limites.

Parmi les femmes en âge de procréer, une sur quatre avait une absence totale de menstruations ; un autre 10 % les avait de façon irrégulière. Les poids corporels, le manque de graisse corporelle et les irrégularités des menstruations étaient associés à celles qui avaient suivi le régime crudivore le plus longtemps et la façon la plus rigide.

COMMENT RENFORCER TA VITALITÉ

Si l’on te dit que les calories sont sans importance, penses-y deux fois. Contrairement à certaines abstractions des crudivores, la nourriture n’est pas seulement la base de matériaux de construction, elle est également une source d’énergie (voir Notes).

De même qu’une pile de matériaux de construction ne peut pas être transformée en un bâtiment sans énergie, le corps humain ne peut pas se construire, voire vivre, sans elle non plus.

Les calories sont une mesure de l’énergie alimentaire, mais aussi une mesure de l’énergie biochimique, ce qui vaut également pour l’énergie nécessaire pour les tâches et les fonctions physiques auxquelles personne ne peut échapper.

Tu as autant besoin d’énergie de la nourriture pour survivre et prospérer que de vitamines et de minéraux, etc.

La calorie est un outil pratique, mais elle aussi un outil utile et testé. Elle reflète le modèle réaliste de nos besoins énergétiques.

Alors, si tu vois que tu perds trop de poids ou de masse musculaire et si tu tiens absolument à suivre un régime crudivore à plus de 70 %, assure-toi de te rapprocher des besoins typiques en calories comme point de référence tout simplement ou de les dépasser largement en consommant encore plus de calories d’aliments crus qu’à l’habitude, étant donné l’absorption diminuée des aliments crus, ou inclue quelques végétaux cuits, étant donné la densité calorique plus élevée.

Assure-toi de bien concevoir et de planifier ton alimentation.

Car ta santé en dépend.

Cependant, si tu fais déjà tout ça et tu ne réussis pas à maintenir ton poids ou ta masse musculaire, est-ce que ça se pourrait que les valeurs caloriques pour chaque catégorie d’aliments admissibles dans un régime crudivore et leurs quantités nécessaires soient toujours insuffisantes pour répondre à tes besoins caloriques quotidiens ?

C’est que nous essaierons de voir dans le prochain article.

NOTES : EST-IL POSSIBLE D’AVOIR DE L’ÉNERGIE DE L’ÉTHER OU N’EST-CE QUE DU VENT ?

Pendant que je suis sur le sujet, il est à noter qu’avant l’époque de Shelton, le militant frugivore Arnold Ehret, un extrémiste pour certains,  a aussi popularisé l’idée que tu n’as pas besoin de manger de nourriture pour obtenir de l’énergie.

Aujourd’hui, on a inventé le terme « inédie » (parfois appelé respirianisme ou pranisme) pour décrire la pratique d’une personne de supposément obtenir de l’énergie strictement du soleil ou de l’air ambiant, sans avoir besoin de manger pour vivre.  Sauf qu’il y a un problème.

Bien que certains déclarent vivre de prana, il n’y a aucun cas scientifiquement confirmés de respirianisme.

Pire encore, un défenseur récent de respirianisme a été accusé de charlantanisme. On l’a attrapé en train de manger un hamburger dans un restaurant. Celui-ci a dit qu’il en mange parfois, mais puisque ce n’est pas la vraie nourriture, ça démontre tout de même qu’il vit de l’air.

Un autre défenseur actif de cette pratique conseille à ses disciples qu’ils peuvent être des respiriens et manger quand ils le veulent, pour le plaisir ou pour des raisons sociales. Mmm… C’est un peu suspect et ridicule. C’est comme si l’on te disait que tu peux être crudivore, mais tu peux manger de la viande quand tu veux pour le plaisir ou pour des raisons sociales.

En tout cas, si tu connais des respiriens dans ton entourage, je serais très curieuse de savoir comment ils font.

Tout ça me laisse très perplexe et ça m’inquiète que des gens puissent soumettre leur corps à des conditions extrêmes. Et toi, qu’en penses-tu ?

SOURCES

SHELTON, Herbert M. The Science and Fine Art of Food and Nutrition, Natural Health Association, Édition révisée (juillet 1984), 591 p.

DAVIS, Brenda et Vesanto MELINA. Becoming Raw : The Essential Guide to Raw Vegan Diets, Rynn BERRY, Summertown, Book Publishing Company, 2010, 374 p.

Science DailyGorillas go green: Apes shed pounds while doubling calories on leafy diet, researcher finds (en ligne), fév. 2011, (consulté le 26 octobre 2015). Sur Internet

UR-REHMAN Zia et Abdul Majeed SALARIYA. The effects of hydrothermal processing on antinutrients, protein and starch digestibility of food legumes, Wiley Online Library, publié en ligne le 20 juillet 2015, (consulté le 26 octobre 2015). Sur Internet

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !

  • isabelle

    hello! merci pour tes articles passionnants et efficaces! concernant « se nourrir de lumière », un témoignage tout aussi passionnant ici: http://alynarouelle.wix.com/lumieredevie#!prana/c5obde .
    Je me dirige doucement vers cela également. En fait l’angle de vue qui m’intéresse est plus dirigé vers la place dans le monde et l’évolution spirituelle que vers les besoins physiologiques du corps. Je pense que c’est aussi plus ou moins la vision des choses des personnes dont tu parles, ils ne se sentent pas obligés de faire leurs preuves, de démontrer quelque-chose, ils ont purifié à fond leurs émotions – et du coup leur corps – et se retrouvent avec des possibilités très élargies, dont celle de pouvoir se nourrir de ce qui leur fait envie sans aucun problème ni conséquence physique …ça remet en question énormément de choses ,et peut être très déroutant au début, je le conçois bien! merci Naïby pour tout ce que tu nous partages!