C’est quoi l’alimentation crue (ou l’alimentation vivante) ?

Alimentation vivante,  alimentation crue,  crudivorisme, manger cru, manger vivant, raw food,  fully raw, raw til’4, HCLF, 80-10-10…

Vous faites vos recherches sur l’alimentation la plus optimale et vous découvrez des termes qui, pendant presque toute une vie, vous étaient étrangers.

Vous fouillez encore plus (blogs, newsletters, forums, groupes sur Facebook, etc.), mais vous vous rendez compte que vous vous aventurez dans une voie inconnue, qui vous emmène dans les dédales de l’alimentation crue.

Maintenant, vous n’êtes pas plus sortie du bois. Vous voyez d’autres voies — d’autres divisions avec des compositions d’aliments distinctes — qui se dessinent devant vous : hygiénisme, frugivorisme, etc. Vous êtes aussi perdue qu’un rat cherchant son chemin dans un labyrinthe.

Qu’est-ce que tous ces termes veulent dire exactement ? Si c’est la première fois que vous découvrez ce monde inédit, ne désespérez pas. Vous n’êtes pas la seule. Comme bien des sujets, beaucoup d’information circule à propos de l’alimentation crue.

Heureusement, j’ai créé cet article explicatif (seulement pour le moment), qui vous aidera à y voir plus clair et à comprendre tous les aspects et les différents mouvements à l’intérieur de ce type d’alimentation — peu importe si vous voulez goûter à une nouvelle expérience ou si vous êtes simplement curieuse.

Asseyez-vous confortablement, prenez-vous une tasse de thé et ouvrez la porte à ce monde vivant. (J’espère que vous aimez lire.)

La définition simple de l’alimentation crue

Produits pour l'alimentation vivante

Une alimentation crue, aussi appelée crudivore ou sans cuisson, est une habitude alimentaire qui consiste essentiellement à consommer des aliments non transformés et non traités à la chaleur. C’est littéralement une alimentation brute. Elle est aussi appelée alimentation vivante, mais ce n’est pas exactement la même chose (j’en parle un peu plus bas). Certains adeptes disent que, pour qualifier une alimentation comme étant « crue », il faut que 75 % de la consommation (en poids) proviennent d’aliments crus.

Mais il n’y a pas de consensus là-dessus, et les définitions des leaders de ce mouvement diffèrent selon leurs perceptions uniques de ce qui devrait constituer une alimentation idéale.

Les aliments sont considérés comme crus s’ils n’ont pas été exposés à une chaleur au-delà de 48 °C (118 ° F), température après laquelle les enzymes seraient détruites. Cette théorie viendrait des recherches de Dr Edward Howell, qui démontre l’effet de la chaleur sur les enzymes dans son ouvrage intitulé Enzyme Nutrition.

Mais d’autres experts et leaders suggèrent une température maximale plus faible, soit de 40 °C (104 °F), par exemple. Pour ce qui est de la congélation, elle est considérée comme acceptable.

Il existe toutes sortes de variations de l’alimentation crue/crudivorisme qui ont donné naissance à de nouvelles appellations.

Les grandes familles du crudivorisme

Les gens qui adhèrent à ce genre d’alimentation sont souvent appelés des crudivores. Ce mot vient du latin cruditas (‘indigestion, excès de nourriture dans l’estomac ; incapacité de digérer ; estomac trop rempli, nourriture non digérée ; amertume’) et -vore, du latin voro (‘consommer, avaler, dévorer, manger comme un vorace ou goulument’). Hum… Vous savez quand je parlais de s’aventurer dans une voie inconnue qui nous embrouille plus qu’il nous éclaire ? N’essayons pas de comprendre les origines latines et l’évolution linguistique de ce mot, d’accord ?

En tout cas, aujourd’hui, ça veut simplement dire « qui mange des aliments crus ». On entend aussi les adeptes, les partisans, les défenseurs, les pratiquants ou les adhérents du crudivorisme. Bref, les désignations ci-nommées désignent aussi les aspirants ou les personnes en transition vers ce type de régime ou les personnes intéressées à ce mode de vie. Après, ça devient plus précis.

De par l’origine de certains aliments, tout comme dans l’alimentation traditionnelle, l’alimentation crue rentre dans des spécificités différentes. Les voici :

  • L’alimentation omnivore et crue : en plus des végétaux, elle inclut du poisson cru, de la viande crue et/ou des laitages crus. Les adeptes seraient des crudivores omnivores.
  • L’alimentation lacto-ovo-végétarienne et crue : en plus des végétaux, elle inclut des laitages crus et/ou des œufs crus. Elle pourrait être simplement appelée alimentation végétarienne et crue. Les adeptes seraient des crudivores végétariens.
  • L’alimentation essénienne : elle est basée sur les Évangiles esséniens de la Paix, qui prétend que Jésus était un membre de la secte des esséniens et un crudivore végétarien. Le régime se compose de pousses et de germinations, d’herbe de blé, de légumes et de fruits. L’utilisation de laitages crus est explicitement autorisée par les Évangiles esséniens, alors le régime est souvent végétarien plutôt que végétalien. De nombreux esséniens utilisent des produits laitiers fermentés, en particulier le yaourt.
  • L’alimentation végétalienne/végétale/vegan et crue (« raw vegan ») : elle ne comprend que des végétaux. Les adeptes seraient des végétaliens crudivores.

Petite parenthèse : dans la francophonie, le terme crudivegan (contraction de « crudivore » et de « vegan ») est un terme inventé par Anne-Marie Bouhelier. Dans le monde anglo-saxon, le terme fully raw (complètement crudivore) est un terme inventé par Kristina Carillo-Bucaram ; les termes raw til’4, aussi inventés, est une façon de manger, créée par Leanne Ratcliffe (alias Freelee the Banana Girl), de manger cru jusqu’à 16 h et de manger cuit après de sorte à manger 80 % du temps cru (je ne rentrerai pas dans les détails de sa composition.)

Quand j’ai commencé mon blog, j’ai créé le terme « crudiphiles », mais le terme n’a pas pris. Pas terrible. J’avoue que je n’avais pas fait une grande promotion, non plus. Ma présence YouTubique (autre terme invité par moi) n’a pas été assez puissante. Par contre, le terme est resté pour ceux qui s’abonnent à ma liste de diffusion, donc ce n’est pas perdu. :P

⇓                        ⇓                     ⇓                 ⇓


Un groupe en émergence

Revenons à nos moutons. Le groupe le plus grandissant des tous ces groupes sont ceux qui ont une alimentation hautement crue ou qui contient 50-74 % d’aliments crus en poids. Ces gens-là reconnaissent l’importance d’augmenter leurs apports en fruits et en légumes pour atteindre une santé optimale.

Certains aspirants de ce type d’alimentation ou d’autres incluent une quantité modeste d’aliments cuits. Si vous ne voulez pas faire un grand saut dans cette façon de manger à plus de 75 %, vous pouvez toujours profiter des bienfaits de cette alimentation-là en remplaçant les produits transformés, les produits animaux et quelques aliments cuits par des végétaux crus et bio.

Après, il existe plusieurs variations de crudivorisme, qui se définissent davantage. Certains types requièrent des restrictions ou des règles qui dépassent les paramètres mentionnés.

Mais avant, parlons d’une alimentation qui n’est pas lointaine ou qui serait peut-être à la base du crudivorisme en Amérique du Nord.

L’alimentation basée sur l’hygiène naturelle

L’alimentation basée sur l’hygiène naturelle est un ensemble de principes conçu pour aider une personne à atteindre et à maintenir une santé optimale grâce à :

  • De l’air frais
  • De l’eau pure
  • Du soleil modéré
  • De l’exercice régulier
  • Du repos adéquat
  • Des jeûnes lorsque nécessaires
  • Et un régime conforme à l’alimentation dont les gens primitifs s’épanouissaient.

Parmi tous ces facteurs, l’alimentation est la plus importante. La International Natural Hygiene Society (INHS) ne préconise pas un type d’alimentation en particulier comme étant optimale. C’est que les hygiénistes sont souvent en désaccord de ce qui devrait constituer une hygiène naturelle. En tout cas, ils promeuvent plutôt une variété d’alimentations qui sont conformes à l’alimentation ancestrale.

Elle inclut :

  • L’alimentation pauvre en glucides Paléo : c’est manger comme le cueilleur-chasseur, c.à-d. de la viande, du poisson, des fruits de mer, des œufs, des noix et des graines, des légumes locaux. Les légumineuses, les pommes de terre, les laitages et les produits artificiels, transformés et raffinés, les grains, les céréales et les pseudo-céréales sont exclus.
  • L’alimentation instinctivo-omnivore : c’est manger en fonction de nos sens (monodiètes surtout). Sont inclus des fruits, un peu de fruits de mer, de la viande, quelques légumes. Les laitages et les grains sont exclus.
  • L’alimentation lacto-ovo-végétarienne : c’est manger tous les végétaux et des dérivés de produits animaux (des œufs, des laitages). La chair animale (viande, poisson, fruits de mer) est exclue.
  • Une alimentation modifiée de Herbert Shelton, soit principalement végétalienne.

Tous ces régimes sont principalement crus, mais comme vous voyez dans les trois premiers cas, des produits animaux peuvent être inclus. La plupart sont fondés sur les règles des combinaisons alimentaires et incluent tous un volet jeûne.

L’INHS ne recommande pas une alimentation végétale ou frugivore (voir plus bas) au public parce que « trop d’hygiénistes et d’autres sont morts ou ont sérieusement détérioré leur santé en suivant ces régimes pendant une longue durée ». Mais certains hygiénistes préconisent quand même une alimentation riche en fruits. Les hygiénistes sont remplis de contradictions.

Si bien d’entre eux suivent les enseignements de Weston A. Price, ceux suivant une alimentation de type plus végétale suivent les enseignements de Shelton, même s’il était lacto-végétarien.

Composition

Ces pratiquants basent leur alimentation sur des produits frais bio — fruits, légumes, noix et graines — consommés à leur état cru, naturel. Les aliments sont généralement consommés dans leur forme la plus simple, avec très peu, s’il y en a, de préparation et seulement dans des combinaisons permises.

  • Les légumes feuillus verts foncés sont inclus en abondance
  • Les huiles/graisses raffinées sont découragées
  • Les graisses entières comme les avocats, les noix et les graines sont consommés avec parcimonie

De nombreux hygiènistes refusent :

  • Les fruits secs
  • Les aliments fermentés
  • Les pousses et les germinations
  • Les aliments stimulants, comme les piments forts, l’ail et les oignons
  • Les condiments : herbes puissantes, sel et épices
  • Les légumes de mer
  • Les super aliments verts comme les algues bleu-vert, la spiruline et l’herbe de blé
  • Les compléments alimentaires

Et d’autres sont s’opposent ce refus. (Pourquoi ne pouvons-nous pas nous entendre, hein ?) Et ce n’est pas fini, d’autres divisions se sont formées selon d’autres règles encore plus restrictives.

Les sous-divisions du crudivorisme

Pour les prochains types du crudivorisme, je vais aller dans l’ordre de la moins restrictive à la plus restrictive. Chaque alimentation peut être une étape de transition pour se rendre à la prochaine.

1. L’alimentation vivante

Alimentation vivante - tagliatelle de courgettes

photo par Naïby Jacques

Les termes « alimentation crue » et « alimentation vivante » sont parfois utilisés de façon interchangeable. Mais il y a une différence subtile. Si ces deux types d’alimentation sont non cuits et contiennent des enzymes, la teneur en enzyme dans les aliments vivants est plus élevée. C’est que ces derniers aliments mettent l’accent sur le trempage, les pousses et les germinations et la fermentation des aliments crus. En fait, je préfère utiliser ce dénomination plutôt que les premières. Il y a quelque chose de plus chaleureux dans le mot « vivant » plutôt que dans le terme « cru », vous ne trouvez-pas ? D’ailleurs, j’ai ma propre définition aussi, mais j’y reviendrai dans un autre article.

Bref, ici, on obtient de ces procédés une augmentation dans l’activité des enzymes, normalement dormantes dans les aliments crus. Les enzymes servent à relâcher le stockage des glucides, des graisses (lipides) et des protéines. Les noix et les graines non cuites sont des aliments crus, mais quand on les fait tremper ou germer, elles deviennent des aliments vivants.

Composition

Elle contient au moins 75 % ou plus d’aliments crus en poids. Une alimentation hautement vivante comprend entre 50-74 % d’aliments vivants en poids. Strictement parlant, une alimentation vivante est centrée sur :

  • Des verdures fraîchement récoltées,
  • Des pousses (de tournesol, d’alfafa/luzerne, etc.) et des germinations de toutes sortes (certaines légumineuses et des grains et des céréales), en abondance
  • Des fruits secs et frais
  • Des légumes frais
  • Des noix et des graines trempées
  • La fermentation de légumes râpés (ex : choucroute, kimchi)
  • Des fromages de noix et de graines fermentées
  • D’autres aliments fermentés contenant des cultures bactériennes acidophilus et d’autres probiotiques (des bonnes bactéries), comme le kombucha, le kéfir d’eau, etc.
  • De légumes de mer (algues alimentaires)
  • La consommation de jus d’herbe de blé
  • Des boissons vertes
  • Des soupes vertes
  • Des aliments déshydratés, occasionnellement
  • Des superaliments

Les aliments stimulants et salés sont limités. Certains aliments comme le miso ou le tamari non pasteurisé. Ils ne sont pas crus, mais regorgent de bonnes bactéries vivantes. D’autres types d’aliments non entiers sont inclus, tels que des huiles d’oléagineux extra-vierges et pressées à froid (olive, lin, chanvre, noix de coco, etc.) et des sucrants naturels comme le sirop d’érable ou d’agave ou le miel (non végétalien).

L’idée, c’est de préparer des recettes vivantes et gastronomiques et de déguster des plats alléchants. Cet art est appelé la cuisine vivante.


Recevez 14 recettes gratuites en vous abonnant ci-dessous :


2. L’alimentation à base de pousses et de germinations/le granivorisme

Alimentation vivante - Lentilles germées

Photo par Naïby Jacques

Comme le dit le nom, cette alimentation contient principalement des pousses et des germinations de toutes sortes, à plus de 70-75 %. C’est une forme d’alimentation vivante, car elle met l’accent sur le trempage et la culture de plants. Les adeptes sont appelés les granivores. Elle se base sur la simplicité de manger sans utiliser des techniques de préparation requérant des appareils électroménagers (mixeur, robot ménager, déshydrateur, etc.). Pour l’extraction de jus, un extracteur manuel est plutôt recommandé.

Composition

  • Des pousses, en abondance
  • Des germinations de quelques légumineuses, de grains, de céréales, en abondance
  • Des jus verts à partir de pousses ou d’herbe de blé
  • Des plantes sauvages
  • Les superaliments verts comme les algues bleu-vert et la spiruline
  • Des légumes de mer

Les fruits et les légumes, les huiles extraites d’oléagineux, les aliments déshydratés, les fruits très sucrés, les sirops, les plats gastronomiques sont limités ou exclus, étant considérés comme des aliments « addictifs ». (Selon eux, à bas les gastronomes !)

Ceux qui mangent uniquement des pousses et des germinations sont très rares. La plupart ont une alimentation crue variée.

3. L’alimentation frugivore/le frugivorisme

Alimentation vivante - smoothie de fruits

Photo par Naïby Jacques

Cette alimentation contient au moins 75 % ou plus de fruits en poids. D’autres appellations sont le High Carb Low Fat (HCLF, régime riche en glucides et faibles en graisses) ou le 80-10-10 (80 % de glucides, 10 % lipides et 10 % de protéines). Les partisans sont appelés des frugivores (on entend aussi fruitariens, ou fructivores). Les régimes hautement frugivores sont moins restrictifs, car ils comprennent entre 50-74 % de fruits en poids.

Composition

Qu’elle soit essentiellement frugivore ou hautement frugivore, cette alimentation contient :

  • Des fruits non-sucrés qui sont normalement classés comme légumes dans les épiceries, tels que les avocats, les concombres, les olives, les poivrons, les courges et les tomates
  • Des noix et des graines, classées dans la catégorie des « fruits ».

Comme vous voyez, certains aliments changent de catégorie selon le mouvement. Le reste du régime consiste en des aliments crus qui peuvent être ramassés sans tuer le plant. Cela peut inclure des légumes feuillus qui ont soigneusement cueilli ainsi que la noix de coco, les noix et les graines.

Quelques frugivores croient que c’est mieux de manger uniquement un fruit à la fois (monodiète) et d’attendre au moins 45 min avant de manger un autre type de fruit. Les frugivores peuvent choisir ce type de régime pour des raisons spirituelles ou éthiques, comme ils ne souhaitent pas mettre fin à la vie des plantes fruitières.

4. L’alimentation à base de liquides/le liquidarisme

Alimentation vivante - smoothie vert

Photo par Naïby Jacques

C’est une alimentation qui consiste principalement à consommer des liquides, des boissons. Les partisans sont appelés des liquidariens. Celles-ci peuvent être à base de :

  • Fruits
  • Pousses de légumineuses, de céréales et de graines
  • Lait de noix, de graines et de soja

Les liquides sont préférablement épais (smoothies). Le liquidarisme peut être uniquement végétalien ou végétarien (ajout du miel, d’une faible quantité de lait cru ou de yogourt dilué à l’eau). Des saveurs comme la poudre de vanille ou de cacao, le miel, un peu d’huile d’olive peuvent être ajoutés.

On connaît le fait de consommer des jus seulement en période de cure (jeûne, festin de jus). Normalement, cette pratique est de courte durée. Et elle est extrêmement rare en tant qu’alimentation de longue durée. À moins qu’on veuille se rendre à l’étape finale…

5. Le respirianisme/l’inédie

Le respirianisme est un mouvement fondé sur la prétention que les gens n’ont pas besoin de nourriture pour vivre (et même pas de boire). Selon cette idée, les gens peuvent vivre exclusivement de « nourritures praniques », le prana, et de la lumière du soleil. Cette direction est similaire à celle du christianisme, l’inédie, qui stipule qu’on n’a pas besoin de consommer rien d’autre que l’Eucharistie.

Les personnes disant vivre sans nourriture sont appelées des respiriens, des solariens, des aquariens (je viens d’inviter ce mot) ou des pranariens (ça aussi). En général, ils font la transition vers le végétarisme, puis le végétalisme, le crudivorisme et le liquidarisme avant d’arriver au respirianisme. Tout comme la plupart des crudivores, les respiriens pensent que les aliments cuits sont morts et sans énergie.

Une telle transition n’est pas facile pour de nombreuses personnes. Les scientifiques et les professionnels de la santé n’acceptent pas cette pratique et la considèrent comme très dangereuse.

Dévorez la fraîcheur

Le crudivorisme, c’est bien plus que manger des crudités. Au contraire, il encourage de manger des variétés d’aliments.

En général, les aliments les plus populaires que les crudivores apprécient sont les fruits, les légumes, les noix, les graines, les pousses et les germinations (graines, légumineuses ou les grains) et les légumes de mer. Et en général, bio.

De nombreuses personnes incluent les aliments déshydratés, comme les crackers, les céréales, les pains germés crus et les desserts dans leur alimentation. Les aliments sont parfois marinés ou chauffés dans un déshydrateur pour créer des textures et des saveurs qui ressemblent à de la nourriture cuite, gastronomique. C’est surtout pour les grands gourmands. La préparation peut être simple ou plus sophistiquée.

Parmi toutes les sortes de crudivorisme, vous pouvez choisir de suivre la direction qui vous attire le plus.

L’essentiel, c’est de manger BEAUCOUP de végétaux et d’essayer différentes choses.

Ces différentes voies suivent certaines règles, mais vous n’avez pas besoin de rentrer dans un carcan rigide et de suivre un « gourou » d’un mouvement quelconque. Vous pouvez élaborer vos propres règles et personnaliser au fur et à mesure l’alimentation la plus idéale pour vous selon vos capacités et vos besoins.

Mais c’est seulement en essayant différentes choses que vous le saurez.

Vous mangez pour vivre et vous vivez pour vous amuser.

Alors, goûtez à la vie tout simplement et prenez plaisir à tracer votre propre voie.

 

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !