Mon gâteau cru et fondant Velours rouge à absolument faire pour la Saint-Valentin

Tu lis le mot « fondant » et « gâteau » dans le titre et tu peux déjà imaginer une bouchée s’étaler et couler lentement sur ta langue.

Eh ben, c’est exactement ce qui se produit.

J’ai été agréablement surprise de cette sensation lorsque j’ai goûté au gâteau que j’avais confectionné pour le 6e anniversaire de mon petit monstre adorable le mois dernier (il grandit si vite !). J’avais préparé vite-fait un gâteau au chocolat et aux betteraves

En plus, quel heureux à-propos que cette recette pendant la semaine de la Saint-Valentin ! Il contient du chocolat, la couleur de la passion et la sensation de velours. Rien de plus romantique. Pour rester fidèle au thème de l’amour, je l’ai renommé Velours rouge.

Peut-être que tu as déjà vu ce gâteau rouge et blanc, souvent préparé lors d’occasions spéciales. Ma version de ce gâteau d’origine américaine est beaucoup plus saine que la version originale. Elle n’utilise pas de colorant artificiel rouge, mais un colorant entièrement naturel. Je pense que tu as déjà deviné lequel.

En tout cas, tu pourras déguster mon gâteau avec ton (ou tes) amour(s) en toute tranquillité et dans le plaisir total.

Des imposteurs colorés

Les colorants alimentaires sont des additifs qui, comme leur nom l’indique, modifient la couleur des aliments. Les additifs sont très variés et certains d’entre eux sont parfaitement naturels, comme la chlorophylle, le curcuma, le paprika ou le jus de betteraves (indice !).

Mais plusieurs autres additifs artificiels et synthétiques ont fait sourciller des chercheurs lors d’études scientifiques.

En effet, quelques études publiées sur le sujet laissent supposer un lien entre les colorants alimentaires artificiels et le trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez l’enfant. Je dis « laissent supposer », car les opinions sont mitigées. Certains chercheurs pensent que le TDAH est plutôt lié aux niveaux social et culturel plutôt qu’à l’alimentation qui, selon eux, ne joue qu’un faible rôle comme cause possible de ce trouble cognitif.

Chose certaine, le seul but des colorants est de vivifier certains aliments afin de les rendre plus alléchants à nos yeux. Ils n’ont aucune valeur nutritive et peuvent donc être éliminés de notre alimentation.

Les colorants les plus répandus sont :

  • Le jaune soleil FCF (E110)
  • La tartrazine (E102)
  • Le ponceau SX (E125)
  • Le rouge allura (E129).

On les retrouve généralement dans les sucreries, les bonbons, les boissons gazeuses, les desserts, les chewing gums… Même dans plusieurs aliments dits « santé » : les barres tendres, les gruaux aromatisés, les sauces, les marinades… Pourquoi utiliser des substances qui perturberaient tes capacités cognitives quand tu peux les remplacer avec quelque chose qui, au contraire, les stimulerait ?

Un énergisant hors de l’ordinaire

Savais-tu que la betterave possédait les mêmes qualités que les boissons énergisantes, telles que le café, le Red Bull, le Gatorade, etc., mais de façon beaucoup plus sécuritaire et naturelle ?

La betterave commence à se faire parler d’elle pour ce qui est d’améliorer les performances athlétiques et les fonctions cognitives, dont la mémoire et la concentration.[7] [8]

Dans l’ouvrage How Not to Die de Dr Greger, médecin progressiste en mode de vie saine, on lit :

Les nitrates, concentrés dans les légumes feuillus verts et les betteraves, aident à transporter le sang oxygéné à vos muscles en aidant à dilater vos artères, mais favorise également votre organisme à extraire plus d’énergie de cet oxygène, du jamais vu.

Il continue en expliquant qu’après seulement une petite consommation du jus de betterave, des plongeurs en apnée ont pu garder leur respiration un peu plus longtemps qu’à l’habitude (une demi-minute de plus) et que des cyclistes ont pu performer à des degrés d’intensités similaires qu’auparavant en consommant 19 % de moins d’oxygène que le groupe placebo. Ces cas de performances améliorées ne sont pas isolés.

Selon plusieurs observations, « le jus de betterave stimule la production d’énergie comme aucune drogue, aucun supplément ou aucune intervention ne l’ont jamais démontré », dit Dr Greger.

Hum… je suis certaine qu’on pourrait le classer dans la liste d’aphrodisiaques aussi. Il serait un parfait ingrédient à glisser dans les desserts.

Le fil rouge de mon gâteau

Mon idée initiale, c’était de faire un gâteau cru bien rouge recouvert d’une garniture blanche. À la base, il est fait à partir de farine de noix, de betterave, du cacao en poudre coupé avec de la caroube en poudre comme sucrant naturel et entier.

Et j’ai utilisé des dattes et du beurre de cacao liquéfié pour coller le tout.

En tout cas, j’ai voulu perfectionner ce gâteau tellement de fois que je pense que j’ai en assez pour me durer une éternité. C’est qu’à la fin, j’ambitionnais de recréer l’effet spectaculaire du gâteau étagé traditionnel. À chaque fois, j’essayais de rendre la pâte plus rouge en rajoutant de la betterave. J’essayais aussi de réaliser la parfaite garniture blanche pour décorer le gâteau. (Oui, ça sent le perfectionnisme.)

La première fois, je l’avais décoré avec des flocons de noix de coco seulement sur le dessus, ce qui n’était pas une mauvaise idée en soi si tu veux gagner du temps. Après, j’ai voulu trancher le gâteau en deux pour étendre une garniture crémeuse — mais légère et sans noix étant donné la pâte déjà riche — au milieu et sur le dessus de la tranche supérieure. Et je voulais aussi qu’elle soit perceptible entre les tranches du gâteau.

Alors, j’ai décidé de réaliser un genre de yaourt de noix de coco rapide (crème de noix de coco en boîte épaissie à la gomme de guar), que j’avais créé pour la première fois quelques jours avant (je te donnerai la recette une autre fois).

Ensuite, à la toute, toute fin, pour la décoration ultime sur le dessus, j’ai voulu reproduire une jolie décoration que j’avais remarquée dans un livre de gâteaux dont les photos m’inspirent beaucoup : des lamelles de betteraves ondulées.

Le côté noir

Argh ! Au final, je n’ai pu eu les résultats que je voulais. Mon gâteau n’était pas rouge vif, les lamelles de betteraves s’affaissaient dans le crémage, le jus de betterave dégoulinait sur tout le dessus et le crémage passait presque inaperçu.

Bref, j’ai compris plusieurs choses :

  1. Tu auras beau ajouter de la betterave, ce ne sera jamais aussi rouge que la version originale à cause de la couleur brune du cacao et de la caroube en poudre.
  2. Si tu veux vraiment avoir un crémage bien distinct et ferme, laisse tomber la crème fouettée de noix de coco, car elle est trop molle.

Idéalement, un crémage de noix de cajou, style meringue, aurais plus fait l’affaire, ce que j’ai fait après.

Sauf que… le manque de temps, de lumière naturelle pour prendre mes photos et de patience étaient contre moi. En plus, un vautour bien mature (mon chéri) est passé et a englouti une tranche quelque temps après l’avoir déposé sur le comptoir !

Bah ! Je suis quand même très ravie de mon gâteau et de cette première garniture crémeuse. Je pense que mes deux hommes d’amour peuvent en dire autant après bouffé deux morceaux. Il est dense, fondant (grâce au beurre de cacaco), chocolaté, pas trop sucré et nutritif. Il est exquis, je n’exagère pas. Ça doit être dû à au mélange noisettes-chocolat.

Bien sûr, il faut prendre des petites portions, car ce gâteau est quand même très, très riche. Tu peux préparer ce gâteau sans toute la déco extravagante et le déguster tel quel. Tu peux aussi façonner la pâte en boules d’énergie vivifiantes, ou devrais-je dire des boules de pur bonheur, avec ou sans crémage sur le dessus.

Gâteau cru Velours rouge

Note : cette recette comporte plusieurs étapes : le gâteau, la garniture et la déco avec les rondelles de betteraves. Lis bien la recette. Tu peux t’arrêter à la confection du gâteau sans faire la garniture ni les lamelles de betteraves pour une préparation rapide et facile..

Ingrédients

1 ½ tasse (200 g) d’amandes
1 tasse (100 g) de noisettes
1/3 tasse de cacao en poudre
1/3 tasse de caroube en poudre
¼ cuillère à café de sel
1 tasse (145 g) de dattes, dénoyautées et trempées dans de l’eau pendant une dizaine (environ 8 dattes medjool ou 16 dattes ordinaires)
1 cuillère à café d’essence de vanille
1 ½ (200 g) betteraves, épluchées et râpées
½ tasse (60 g) de beurre de cacao, liquéfié au bain-marie ou basse température

Crémage de noix de cajou (facultatif)

½ tasse de noix de cajou
½ tasse d’eau
3 cuillères à soupe d’huile de noix de coco, liquéfié au bain-marie ou basse température
1 cuillère à soupe de sirop d’érable ou d’agave
1 cuillère à café d’essence de vanille

Betteraves style confites

½ betterave
1 cuillère à soupe de sirop d’érable

Méthode

Pour faire la crème fouettée de noix de cajou, mettre tous les ingrédients dans un mixeur à haute puissance et mixer jusqu’à l’obtention d’une consistance lisse et homogène. Transférer dans un bol et placer au réfrigérateur pendant deux à quatre heures.

Dans un robot ménager muni de la lame en « S », mettre les amandes, les noisettes, le cacao, la caroube et le sel et réduire en poudre. Ajouter la vanille, les dattes et la betterave et bien mélanger jusqu’à une consistance homogène. Ajouter le beurre de cacao liquéfié et bien mélanger. Transférer dans un moule à charnières tapissé de papier sulfurisé et étaler avec une spatule coudée. Placer le gâteau dans le réfrigérateur et laisser refroidir pendant dix minutes.

Détacher le moule et trancher le gâteau en deux à l’horizontale. Répartir la moitié de la crème entre chaque étage, puis recouvrir le gâteau avec le reste.

Pour préparer les betteraves style confites, couper la betterave à l’aide d’une mandoline en très fines rondelles aussi minces qu’une feuille de papier. Déposer dans un petit bol et recouvrir de sirop d’érable. Laisser reposer pendant dix minutes. Le jus de betterave se mélangera au sirop. Décorer le dessus du gâteau et arroser avec le sirop de betterave produit.

Déguster !

Variantes

Substituer le crémage de noix de coco au crémage de noix de coco ou flocons de noix de coco.

Si tu essaies cette recette, je veux le savoir ! Laisse-moi un commentaire ci-dessous ou partage-la sur Instagram avec le mot-clé #deboncru.
Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !

  • Florent Pilod

    hé Naïby ! Ton gâteau cru est original et donne bien envie, malgré les complications que tu as eu (et je retrouve là les challenges que j’ai également lorsque je teste de nouvelles recettes de gâteaux crus, pas toujours facile d’arriver au résultat qu’on avait imaginé avant). Je suis curieux de goûter le mélange betterave / cacao….

    • Coucou Florent ! Merci ! Le plus difficile, je trouve, c’est quand tu essaies de simplifier une recette pour la rendre plus « digeste » pour les autres, soit en diminuant le nombre d’ingrédients que tu aurais normalement utilisés ou en faisant des substitutions d’aliments considérés trop sucrés, gras, etc. Le mélange betterave / cacao est vraiment bien, tu verras ! Fais-moi savoir quand tu l’auras réalisé. À bientôt !

  • Béswahasia Del Lago

    salut Naïby et merci pour ton gâteau qui a l’air délicieux, juste pour te dire que l’origine du gateau n’est pas les usa mais l’allemagne ! on appelle cela une forêt noire (de cette forêt du sud ouest allemand) et la couleur vient des cerises (concervées dans l’alcool pour l’intérieur) et confites pour la décoration extérieure. mais j’ai trouvé http://www.dumieletdusel.com/archives/2014/03/27/29523625.html ce blog qui donne toute l’histoire en détails. j’adore l’histoire de la cuisine, c’est plein d’errurs qui donnent naissance à des recettes mythiques ! bisoussss

    • Coucou ! Très intéressant ! Oui, en effet, il y a tout un mythe autour de l’origine de ce gâteau ! Mais je ne pense pas qu’on ne parle du tout du même gâteau. Est-ce bien celui-ci ? https://www.google.ca/search?q=red+velvet&safe=off&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjr7pzk553SAhWC64MKHXm6CqoQ_AUICCgB&biw=1267&bih=676#safe=off&tbm=isch&q=red+velvet+cake.

      Je connais bien le Forêt noir. C’était mon gâteau préféré quand j’étais jeune. :D

      À la base. j’avais un paragraphe qui parlait de l’origine du Red Velvet, mais je l’ai retiré parce que je n’étais pas sûre que ça intéresserait les gens et je craignais que le texte soit trop long.

      Je te le mets ici :

      « J’ai été cherché l’histoire mystique autour du gâteau américain Red Velvet.

      Ça a l’air que que personne ne sait exactement son origine. Mais une histoire et une recette,ont commencé à circuler aux États-Unis dans les années 1920 au sujet d’un gâteau qui aurait été servi au restaurant de l’hôtel Waldorf-Astoria à New York. Une dame qui y avait séjourné l’avait goûté et l’avait tellement adoré qu’après son retour à San José, elle écrivit à l’hôtel demandant le nom du chef qui avait créé le gâteau et si elle pouvait avoir la recette.

      Elle reçut la recette par la poste avec une facture de 350 $ du chef, quelque chose comme ça. Elle consulta son avocat pour contester, et il lui a dit qu’elle devrait payer parce qu’elle n’avait pas demandé au préalable s’il y aurait des frais pour le service et, dans l’affirmative, combien cela coûterait. Alors, pour se venger, elle imprima la recette sur des cartes de 7,6 x 12,7 cm (3 x 5 po) et se mit à les distribuer à plusieurs passagers dans un bus un matin.

      Et c’est comme ça que la recette fut dévoilée. Merci madame ! On connaît ce gâteau aussi du nom de gâteau du Waldorf-Astoria Cake, gâteau de 100 $, gâteau de 200 $, etc. »

      Sources (en anglais seulement malheureusement) :

      Beard, James and Thollander, Earl. James Beard’s American Cookery. New York, Budget Book, 1996.

      Brunvand, Jan Harold. The Vanishing Hitchhiker: American Urban Legends and Their Meanings. New York: W. W. Norton & Company, 1989.

      McGee, Harold. On Food and Cooking: The Science and Lore of the Kitchen. New York: Scribner, 1997, (rev. 12004).

      Peut-être que je ferai le Forêt noir cru un jour ! À bientôt !

      • Béswahasia Del Lago

        ah oui je comprend maintenat pourquoi tu voulais avoir la couleur rouge de la génoise ! je ne connais pas ce gâteau, mais je vais le faire découvrir à ma famille (française) et peut être que ca va conquérir l’europe ! enfin merci pour l’histoire, je la trouve très savoureuse ;) belle continuation ! et félicitations pour ton travail sur le blog et ces beaux partages !! one love

        • C’est sûr que ma version crue ne sera pas comme l’originale, mais pourquoi pas :) Merci de tes compliments. Biiiises.