19 Signes d’avertissement que ton souci de manger sain est malsain

C’est absurde, n’est ce pas?

De dire que manger sain peut être malsain?

Tu veux prévenir la maladie, améliorer ta vitalité ou atteindre une santé optimale, et naturellement, tu fais tout ton possible pour éviter d’ingérer des substances toxiques parce que tu es une personne avertie; tu es une personne sensée.

Et on ose te dire que tes habitudes saines peuvent être malsaines?

C’est comme si tu étais accusée, persécutée et punie par la société, comme les sorcières d’antan. C’est comme si l’on te faisait passer pour une folle parce que tu t’opposes à des substances délétères dans les aliments préparés — des substances telles que le sirop de maïs à haute teneur en fructose, l’aspartame ou le glutamate monosodique — ou bien, parce que tu refuses de manger un Big Mac.

Eh bien, Dr Steven Bratman, médecin du Colorado aux États-Unis et expert de la médecine alternative, a déterminé que certains de ses patients étaient tellement obnubilés par une alimentation saine qu’il pensait qu’ils avaient des troubles alimentaires. Ainsi, en 1997, il a inventé le terme « orthorexie nerveuse », ce qui signifie « l’appétit correcte ».

Ce terme n’est-il pas risible?

Ben, au fait, si tu lis les différents « symptômes » de ce « trouble mental », peut-être que tu trouveras une raison d’être préoccupée.

Alors, voyons si ton souci de manger sain est vraiment malsain.

La dure vérité : tu peux avoir un trouble alimentaire si tu t’évertues à tort à manger sain

La première fois que j’ai entendu une chose pareille, ça m’a fait penser au film américain Conspiracy Theory, film dans lequel on faisait passer le personnage de Mel Gibson pour un fou, car il soupçonnait des activités frauduleuses du gouvernement partout.

Je me disais : peut-être que les grandes entreprises alimentaires ont influencé Dr Bratman à se moquer, à discréditer, à ternir les gens soucieux de leur santé comme moi. Peut-être que c’est un stratagème de marketing des grandes entreprises pharmaceutiques de créer une autre maladie et de commercialiser un autre médicament ou de nous enfermer dans un asile de fous. Et pourquoi?

Parce qu’on a des pratiques et des croyances associées à la guérison ou à l’atteinte d’une santé optimale à travers les aliments. Pfff!

Mais, manifestement, les observations de Dr Bratman n’étaient pas fausses. Elles étaient constantes.

Il a remarqué que, chez certaines personnes, leurs obsessions de pureté alimentaire étaient si extrêmes qu’elles devenaient phobiques, antisociales, maniaques et excessivement contrôlantes.

En effet, ce qui commence comme une préoccupation pour une alimentation saine peut se transformer en comportements obsessionnels-compulsifs, si tu ne fais pas attention.

Même moi, j’ai frôlé cette folie. Heureusement, je ne suis plus aussi rigide et exigeante qu’autrefois. Toi aussi, tu peux être une passionnée de la santé sans pousser les choses aussi loin.

Je vais donc nommer 19 comportements alarmants, et regarde si certains te décrivent.

1. Tu parles sans cesse de l’alimentation.

Combien de fois par jour fais-tu de l’alimentation ton sujet principal? Une fois? Deux fois? Trois fois? Plus? Il faut sérieusement y penser.

Tout ne tourne pas autour de ça. C’est bien de maîtriser ce sujet, mais c’est encore mieux d’être polyvalent et de pouvoir parler d’autres sujets à tout instant.

2. Tu proclames que seule ton alimentation peut sauver le monde.

C’est clair.

Les aliments sains peuvent améliorer la vie des autres, mais pas au point où ils peuvent résoudre tous les maux dans le monde.

3. Tu es obsédée par la pureté des aliments.

Deviens-tu inquiète quand tu ingères une petite quantité de quelque chose qui n’a pas été cultivé dans la terre? Crois-tu que tu dois éliminer chaque petite toxine dans ton corps? Si un bien-aimé te prépare de la bouffe avec amour, essaies-tu de contrôler ce qu’on te sert?

Si oui, tu oublies une chose :

La bouffe rassemble les gens et crée de sacrés moments mémorables.

Alors, pourquoi ne pas faire preuve d’un peu plus de flexibilité et partager les repas de tes bien-aimés, sachant qu’ils seront heureux?

Concentre-toi plutôt sur la qualité de la nourriture que tu ingères la majorité du temps et sois-en satisfaite.

Fais confiance à ton  organisme. Il peut se débarrasser des déchets efficacement.

4. Tu t’en tiens de façon rigoureuse à ton régime alimentaire.

Si tu te concentres compulsivement sur les calories ou as une préoccupation auto-destructive pour la consommation des aliments « corrects », tu te fais du tort.

Il peut arriver que parfois, tu dois faire des choix qui sont en-dehors de ton alimentation optimale, parce que c’est plus commode.

Mais ce n’est pas la fin du monde.

Il faut que tu sois capable de vivre avec ça.

5. Tu fais des cures à l’eau de noix de coco pendant six mois pour purifier ton corps.

Bien des personnes ont eu d’excellents résultats avec les jeûnes, et j’en suis une grande croyante.

Mais les cures de ce genre doivent être pratiquées à des fins thérapeutiques. Un mois, deux mois, trois mois, peut-être. Mais plus que ça, ça devient très dangereux.

6. Tu passes un temps fou dans la cuisine à préparer toute ta bouffe à partir d’aliments entiers seulement.

On s’entend.

La bouffe fait maison est meilleure que la bouffe manufacturée. Personnellement, je prends plaisir à tout préparer de toutes pièces. On ne parle pas de ça.

Le problème arrive si, pour une raison ou une autre, tu n’as pas envie de préparer de la moutarde ou du ketchup à partir de zéro, par exemple, ou tu ne peux pas le faire, et tu as honte de l’acheter à l’épicerie — même si le produit est quand même de très bonne qualité (c’est-à-dire, qui ne contient pas ou très peu de produits nuisibles).

Fais ce que tu peux, mais quand tu as une contrainte, rends-toi service.

7. Tu compromets ton bonheur au profit d’une alimentation parfaite.

S’il-te-plaît, ne passe pas tout ton temps à te préoccuper de la nourriture au point où tu te prives de beaux moments et où tu nuis à ton épanouissement personnel. Tout ça dans le seul but de suivre des directives idéales.

La vie ne vaut pas la peine d’être vécue si elle est dénuée d’amour et de  joie.

8. Tu culpabilises quand tu t’éloignes de ton alimentation.

Écoute, ça arrive de craquer, de dérailler de temps en temps.

Mais il ne faut pas te punir, il ne faut pas te détester. Même si tu penses à de la bouffe réconfortante.

Sache que tu es humaine et tu n’es pas infaillible.

Le plus important, c’est de savoir que si tu tombes, tu peux te relever. Tu peux ré-essayer.

9. Tu détermines ta valeur en fonction du contrôle exercé sur ton alimentation.

Il y a de quoi être fier quand on suit ses objectifs de santé.

Mais si tu perds le contrôle ou si tu échoues quelques fois, ce n’est pas la peine de t’en vouloir à fond ou de t’inférioriser.

10. Tu es condescendante à l’égard des gens qui ne suivent pas les mêmes règles que toi.

Si jamais tu te sens ou tu agis comme si tu es illuminée ou comme si tu devrais être sur un pedestal en raison de ta maîtrise alimentaire, j’ai une nouvelle pour toi :

L’humilité et le respect sont des qualités humaines que seuls les sages saisissent.

Chaque personne vit son propre combat et a son chemin à faire.

11. Tu juges ceux qui ne cherchent pas la spiritualité à travers les aliments.

Plus l’aliment est pur et intact, plus il est énergétique. C’est vrai.

Mais si tu pointes les autres du doigt parce qu’ils ne cherchent pas atteindre l’illumination, le nirvana ou une conscience supérieure à travers une alimentation vivante, par exemple, ta vibration énergétique ne sera pas plus grande.

Pis encore, elle sera inférieure, car juger est une énergie destructive.

12. Tu penses à ce que tu devrais manger sans répit.

On ne parle pas de la planification des repas, ce qui est normal.

On parle du fait de le faire à tout bout de champ pour être rassuré. On parle du fait de vivre dans la peur de l’incertitude.

Bien sûr, tu peux passer du temps à planifier ton menu de la journée ou de la semaine afin d’être mieux organisée et de passer moins de temps dans la cuisine. C’est correct de penser à ce que tu vas manger quelques fois par jour ou par semaine, mais passe à autre chose après.

Apprécie le reste du temps.

13. Tu es prête à crever de faim si tu ne manges pas « correctement ».

Si tu ne trouves rien qui te plaise, MANGE bon sang! Mange quelque chose qui se rapproche de ton idéal.

Manger est un besoin fondamental. Et mieux vaut manger que crever.

14. Tu penses que ton alimentation est toujours à parfaire.

C’est bien de savoir que tu peux toujours améliorer ton alimentation.

Mais ne te stresse pas à chercher la perfection.

Courir après la perfection est une chose futile.

15. Tu fais de ton alimentation une religion.

Tu peux bien t’inspirer de quelqu’un que tu admires beaucoup ou adorer ton mode de vie.

Mais si tu suis aveuglément les règles radicales d’un leader (un gourou) ou d’un système de croyances, tu t’enfermes dans une pensée dogmatique, grave.

Car tu auras fait preuve d’un fanatisme, d’une étroitesse d’esprit, d’une intolérance à l’égard d’autres types d’alimentation.

Fais gaffe à ne pas développer un comportement d’extrémiste.

L’alimentation vivante contient le mot « vivant ». Sois facile à vivre et sois un bon vivant.

16. Tu t’isoles parce que tu ne crois pas pouvoir combler tes besoins alimentaires ailleurs que chez toi.

C’est sûr que parfois, tu ne trouves pas tout ce qu’il te faut à l’extérieur.

Mais si tu développes de l’anxiété dans une telle situation et tu préfères rester à la maison comme une ermite, il y a un problème.

Tu ne peux pas toujours contrôler ton environnement extérieur, mais tu peux te focaliser sur le contrôle que tu exerces à la maison. Après quoi, apprends à mettre de l’eau dans ton vin quand tu sors.

17. Tu perds du poids à un point où c’est dangereux.

Certaines personnes sont tellement obsédées par leurs restrictions alimentaires qu’elles se promènent comme des squelettes ambulants.

C’est important de bien surveiller son poids pour s’assurer de ne pas tomber dans la maigreur effrayante.

Si tu dépasses le seuil de ce qui est considéré comme étant sain, c’est le temps de réévaluer ton alimentation, de la modifier ou de la stopper.

18. Tu consacres ton temps, ton argent et ton énergie à te procurer tous les aliments médicinaux.

C’est sûr, comme dit Hippocrate : « L’aliment est ton médicament. » Mais t’efforces-tu à remplir tes placards d’une tonne de superaliments, d’herbes médicinales et de vitamines?

À la place, prends des décisions en fonction de tes moyens financiers et de tes conditions de vie. De plus, tu peux profiter des bienfaits des aliments qu’on retrouve typiquement dans les épiceries conventionnelles qui, eux aussi, sont puissants.

Si tu te procures des « super produits », fais-le de sorte qu’ils soient des compléments (au besoin) et non, des nécessités indispensables.

19. Tu redoutes sans arrêt la maladie.

Si tu as constamment peur de développer une maladie, tu es une hypochondriaque.

Apprends à vivre dans le moment présent et fais confiance au pouvoir de ton corps.

Comment avoir des habitudes vraiment saines

Avoir une alimentation saine n’est pas insensé.

Avoir une saine alimentation est l’une des meilleures choses que tu puisses faire pour prévenir et freiner de nombreux problèmes de santé.

Avoir une alimentation saine, c’est faire des changements acceptables et bénéfiques pour le reste de ta vie, peu importe la raison : pour te donner de l’énergie, pour perdre quelques kilos en trop ou pour prolonger ta vie.

Et bien sûr, il n’y a rien de mal à t’engager à cela.

Mais c’est une question d’équilibre.

Donc, oui, fais des choix sains par rapport à ta consommation. Oui, évite les ingrédients nocifs. Oui, aie un meilleur mode de vie.

Mais ne laisse pas ton mode de vie te tuer. Ne te laisse pas consumer par ta préoccupation. Ne deviens pas névrosée.

Sinon, tu t’empêches de profiter pleinement de la vie. Et ce serait dommage, tu ne penses pas?

Naïby,

Anciennement appelée l’Ayatollah de la bouffe.

[info] Est-ce que cet article t’a plu ? Si oui, aide-moi à poursuivre ma mission en partageant mon blog à des amis. Et si tu n’es pas inscrit(e) à ma liste de diffusion, joins-toi (ci-dessous) à la famille grandissante de lecteurs vivants. [/info]

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !

  • manger sain et cru

    Bonjour,
    Le jeûne est une bonne pratique pour compenser des phases d’alimentations toxiques élevé comme les fêtes de noël par exemple :)
    http://cedricsolignac.free.fr/

    • Naïby

      Bonjour. Merci de votre commentaire. Je connais très bien les bienfaits sur les jeûnes. J’ai même écrit tout un article là-dessus. Dans cet article-ci, je mets en lumière l’obsession de cette pratique de certaines personnes qui rencontrent des problèmes de santé et qui pensent ne pas être assez « pures », donc elles en font à répétition. Ou simplement, des gens qui n’ont de cesse d’en faire pour la même raison. Merci!

    • Bonjour. Merci de votre commentaire. Je connais très bien les bienfaits sur les jeûnes. J’ai même écrit tout un article là-dessus. Dans cet article-ci, je mets en lumière l’obsession de cette pratique de certaines personnes qui rencontrent des problèmes de santé et qui pensent ne pas être assez « pures », donc elles en font à répétition. Ou simplement, des gens qui n’ont de cesse d’en faire pour la même raison. Merci!