Une salade de fruits veloutés avec yaourt de noix de coco parfumé

Ouille ! Je me suis rendu compte de quelque chose récemment.

Premièrement, l’été est presque fini et deuxièmement, la saison de la pêche achève bientôt. Et je n’ai pas créé de recettes fantaisistes la mettant en vedette.

Oh ! La pêche ! Ce fruit à la peau veloutée et à la coloration jaune orangée. Ce fruit à la chair fraîche et juteuse. Si fine, si aromatique, si succulente ! Quand elle est bien mûre, bien sûr. Mon petit en mangerait toute la journée s’il pouvait. Tellement que, quand j’achète un panier, il en mange au moins trois, quatre aussitôt sortis du marché. Et une fois à la maison, il n’en reste pas assez pour que je mette mon chapeau de chef et que je crée quelque chose d’extraordinaire.

Donc, là, il faut que je me grouille à créer des recettes avant sa disparition. Mais je dois encore y penser, les créer, les tester, les manger… J’ai un peu chômé ces derniers temps. Je me suis pris de longues vacances pour relaxer un peu (je raconterai plus bas).

Pendant que je réfléchis à mes prochaines créations, si tu cherches une recette avec la pêche tout de suite, je t’en propose une que j’avais préparée l’année dernière lors de mon défi gratuit de 30 jours, défi que j’ai décidé de ne plus offrir gratuitement, car ça impliquait BEAUCOUP trop de travail en un temps serré. Je vais sûrement le rééditer et le garder pour faire, qui sait, un vrai livre de recettes. (J’offre seulement celui de 7 jours gratis.)

En tout cas, je l’avais préparée pour le petit déjeuner, et elle était trop bonne, trop fraîche, trop agréable en bouche. Et accompagnée yaourt de noix de coco, laisse tomber !

Vers les pays de l’Est

Quand bien même j’aurais voulu traverser l’océan et découvrir l’Orient, je suis me suis retirée dans les petits pays dans l’est du Québec, les Cantons-de-l’Est ou l’Estrie, pendant plusieurs semaines. Ça m’a fait tellement du bien ! J’avais besoin de déconnecter un peu — dans le vrai sens du terme, car il n’y avait pas d’Internet — et de prendre un peu de recul.

Je vais te partager un truc. Promets-moi de ne pas rire, ok ? Tu sais comment les grands auteurs partent dans des lieux reclus pour s’inspirer et écrire leurs chefs-d’œuvre ? Eh ben, moi, je pensais que j’allais en créer une multitude. Alors, tout comme ils apportent papier et crayon ou ordinateur, moi, j’ai apporté : mon couteau de chef, mon Vitamix, mon mini mixeur, mon éplucheur, mon presse-ail… Mes épices, mes noix et graines, mes légumineuses, toutes placées dans des pots de verre, et quelques super aliments….

Pour ne manquer de rien. De rien ! Et j’ai mis toute ma cuisine (non, j’exagère, mais presque toute ma cuisine) dans une grosse valise de voyage. Je ne plaisante pas. Quand mon chéri l’a descendue dans les escaliers du 3e étage, je précise, sans ascenseur, il m’a demandé, avec de gros yeux, ce que j’avais bien pu fourrer là-dedans. « Mais quoi ? Ne me regarde pas comme ça ! C’est ma trousse d’urgence culinaire ! Je ne sais pas si je vais trouver le nécessaire pour ne pas crever dans les bois ! », lui ai-je rétorqué.

Heureusement que je me suis calmée, quand même. Un peu plus, et j’apportais mon robot, mon découpeur en spirale et mes gros bacs d’accessoires pour la cuisine (autres outils et déco) pour des prises de photo souhaitées. Et après, je suis allée acheter de la bouffe bio dans mon quartier, de peur de ne pas en trouver, non plus.

Donc, notre berline était bien remplie de nos bagages, de trucs pour la cuisine… et de vélos. Trois ! Disons que ma passion, c’est la cuisine et celle de mon chéri, le vélo (et il nous a tous emmenés dans sa passion). On est quitte !

Après deux heures de route, on est finalement arrivés dans ces régions riches de paysages pittoresques, de terres agricoles et de gens chaleureux.

À travers les bois

Je t’avouerai que je n’ai aucunement créé de chefs-d’œuvre ni pris une tonne de photos. Je n’ai pas encore développé le doigt rapide sur la « gâchette » de l’appareil photo. Même si j’essaie de m’entraîner avec mon compte Instagram de prendre des photos régulièrement, je ne l’ai pas dans le sang ; je ne suis pas de la génération Z, presque née avec un portable cousu à leurs doigts.

Bref, nous avons d’abord séjourné à Magog, à environ 1 h 30 de Montréal, au bord du lac Memphrémagog, près de Georgeville, dans un chalet rustique en bois rond. Il était très charmant et entouré de pins. Un vrai havre de paix. Le seul fait de humer l’air frais et l’odeur de pins a dû certainement me nettoyer les poumons.

Chalet rustique en bois ronds

Vue du lac Memphrémagog de la cuisine

À quelques mètres du chalet, on pouvait directement se rendre sur le bord du lac dont la rive était composée de sable fin. Nous avons pu nous baigner dans l’eau, étonnamment chaude, et nous reposer tranquillement dessus, sans nous faire déranger, puisqu’elle était privée en plus. Seuls nous pouvions y accéder.

Bord du lac Memphrémagog

Dans cet endroit paisible, j’ai pu lire tous les bouquins neufs que j’avais achetés dans les six derniers mois et qui ramassaient de la poussière — des bouquins plus particulièrement sur le développement personnel, dont le Miracle Morning (un rituel matinal) que j’avais commencé à pratiquer et que je dois recommencer d’ailleurs (à surveiller sur mon compte YouTube bientôt) —, j’ai pu méditer à fond, réfléchir à mes prochains projets, contempler la belle nature… Un vrai moment de détente, quoi.

Ensuite, nous nous sommes rendus dans un autre chalet, lui aussi, au bord de l’eau, mais en face du lac Massawippi, à Hatley, près de Ayer’s Cliff et de North Hatley. Dans celui-là, le temps n’était pas aussi favorable que dans le premier. Il faisait gris tout le long et un peu frais. Mais ça ne nous a pas empêchés de faire de belles balades en vélo.

La plupart des pistes étaient très belles et bordées d’arbres à petites baies rouges et bleu foncé, presque noires, la plupart non comestibles, de pommiers sauvages, de fougères, etc.  Dans l’une de nos balades, mon petit et moi avons longé une rivière, dont des champignons de toutes sortes abondaient près de l’eau. Dommage que je ne sache pas lesquels sont comestibles.

Bref, nos vacances se sont terminées à 4-5 heures de l’Estrie, dans le nord du Québec, dans le Bas-Saint-Laurent, dans un petit village sympa appelé Trois-Pistoles, là où la famille de mon chéri détient un chalet sur le bord du fleuve Saint-Laurent.

J’avais la pêche

Pendant tout ce séjour, je me sentais tellement reposée et rechargée. J’ai mangé très simplement. Le matin : pudding de chia garni de fruits, bol de smoothie vert ou salade de fruits. Le midi ou le soir : légumes frais de la région, salades vertes composées, beaucoup de salades de tomates, restes de la veille incluant des légumineuses, maïs…

En parlant de maïs, j’avais préparé une salade de quinoa avec pêches, tomates cerises, courgette, maïs, pois chiches avec une sauce au citron et au basilic, mais dommage, je ne l’ai même pas prise en photo. Ça aurait été ma recette comprenant la pêche.

Mais pas grave. Heureusement que j’en ai une autre à te présenter, tirée de ma boîte mentale à recettes. Elle est aussi accompagnée d’abricots, de figues, de yaourt de noix de coco thaï et d’épices pour rendre le tout encore plus tendre et parfumé. La salade de fruits est très facile à faire. Je te dirai que la partie la plus compliquée, peut-être, c’est de faire ce yaourt, qui implique une jeune noix de coco.

Mais attends ! Il existe des alternatives plus faciles.

Si tu ne sais pas comment l’ouvrir et si tu ne veux pas trop de prendre la tête. Tu pourrais acheter du yaourt de noix de coco tout fait (cherche dans les épiceries d’aliments naturels), opter pour du lait de noix de coco en boîte, avec laquelle tu fais une crème fouettée ou utilises que la partie crémeuse, ou préparer une crème de noix de cajou sucrée. Par contre, à toi de voir si cette dernière association passe dans ton estomac.

Salade de fruits veloutés avec yaourt de noix de coco parfumé

Ingrédients

4 pêches, dénoyautées et coupées en 6 tranches
6 abricots, dénoyautés et coupés en deux
3 figues, coupées en deux
½ cuillère à café d’anis, en poudre
1/3 tasse de petites feuilles de basilic
1 cuillère à café de lavande

Yaourt de noix de coco parfumé
Chair d’1 jeune noix de coco thaï (Remarque)
½ tasse d’eau de noix de coco (Remarque)
1 cuillère à soupe de miel ou sirop d’érable
½ cuillère à café de thym
1 cuillère à soupe de citron
Zeste d’un citron

MÉTHODE

Pour faire le yaourt parfumé, mettre tous les ingrédients dans le mixeur et mixer jusqu’à l’obtention d’une consistance crémeuse.

Mettre les fruits coupés dans un bol et ajouter l’anis.

Pour l’assemblage, mettre les fruits dans une grande assiette. Verser le yaourt sur les fruits, puis saupoudrer de basilic et de lavande.

Servir aussitôt.

REMARQUE

Au cas où la jeune noix de coco serait introuvable, la remplacer par du lait de noix de coco en boîte.

Naïby

About the Author

Naïby

J'ai pour mission d'aider les gens à atteindre une longue vie saine et radieuse, grâce à mes recettes savoureuses, à des conseils pratiques et à des solutions astucieuses.

Soif de changement ?

Joignez-vous à la famille de bons vivants pour recevoir des conseils pratiques, des astuces ingénieuses et des recettes délicieuses. Commencez de bon pied avec mon guide manger cru jusqu'à midi pendant 7 jours, incluant 14 recettes délicieuses et rapides. C'est GRATUIT !